Non aux éoliennes à proximité de Sion !

Cd-nrBGXEAA9czi

La colline de Sion est menacée par l’implantation de 6 éoliennes de 150m de haut sur les communes de Avrainville et Hergugney, dans les Vosges, à la frontière avec la Meurthe-et-Moselle.

Il s’agit là d’un projet ressuscité après avoir été cassé une première fois, lorsqu’il était prévu du côté Meurthe-et-Moselle. Il a seulement été décalé de 50m.

Il s’agit d’une atteinte au caractère préservé du Saintois, connu pour ses paysages. Le Conseil départemental n’a-t-il d’ailleurs pas érigé la Cité des Paysages à Sion, avec une terrasse pour que l’on admire le panorama depuis la Colline ?

En plus d’être une nuisance visuelle depuis la Colline, ces éoliennes sont dangereuses pour la biodiversité. Selon les relevés effectués par des associations de préservation de l’environnement, de nombreuses espèces rares d’oiseaux, et de chauves-souris évoluent dans la zone d’implantation prévue, et seraient directement menacées par ces éoliennes.

Le maire d’Avrainville, lors de la réunion publique du 4 mars dernier, a reconnu qu’il était pour les éoliennes, tant que ce n’était pas sur ses terrains !

Vendredi 25 mars, le conseil municipal d’Hergugney a voté contre le projet d’éoliennes, contre l’avis de son maire, grand partisan du projet : 6 contre, 2 pour, 1 blanc.

Je déplore la réponse du préfet de Meurthe-et-Moselle, que nous avons alerté, et qui estime n’être pas concerné car ces éoliennes seraient situées dans les Vosges. Il est pourtant concerné, puisqu’une trentaine de communes alentours, situées en Meurthe-et-Moselle, sont interrogées sur le projet. Et bien sûr, la Colline de Sion, mais aussi le Château d’Haroué situés en Meurthe-et-Moselle, auraient vue sur le parc éolien.

Pour ces raisons, mais également bien d’autres, je me suis engagé avec l’Association pour le développement durable du Saintois et de la Lorraine contre ce projet.

Avant qu’il ne soit trop tard…

Les résultats du premier tour des élections ont été un électrochoc.

Le rejet des partis traditionnels a surpris tout le monde. Ils apparaissent comme déconnectés de la réalité.

Dans un contexte de chômage très élevé, d’insécurité, de perte de repères et de sentiment de disparition des valeurs élémentaires de la République, les électeurs ont voulu exprimer leur ras le bol !

Ils veulent être entendus, que l’on s’occupe d’eux et que l’on cesse de dire que tout ce qui ne va pas relève de l’Europe ou de la mondialisation . Les électeurs estiment peut-être que si les hommes politiques ne peuvent rien faire, c’est qu’ils ne servent à rien et dans ce cas, pourquoi voter pour eux ?

A ceci s’ajoute la création de Régions « bricolées » à la va-vite, sur un coin de table – chacun le sait – et sans lien avec les populations et les territoires… Si on traite la réorganisation administrative avec autant de légèreté , comment voulez-vous que les Français y accordent de l’importance?

Puis il y a le spectacle affligeant de certains élus dont Jean-Pierre Masseret est devenu le symbole, les combines peu glorieuses. Sénateur de 72 ans, élu au Sénat depuis 36 ans, laissant un bilan médiocre, il choisit la politique de la terre brûlée…

Mieux vaut le Front National ? Il soulève probablement les bonnes questions mais n’apporte pas les bonnes réponses. Qui peut croire à l’engagement régional de monsieur Philippot ?
Pourtant notre Région , il faudra bien lui apporter des réponses concrètes à des sujets de tous les jours : la formation , les transports , les infrastructures, les lycées…

Alors, pour éviter le pire, j’invite chacun à se mobiliser pour convaincre 2 voix supplémentaires d’ici Dimanche, pour voter en faveur de Philippe Richert et Valérie Debord en Meurthe-et-Moselle. Il nous reste 3 jours pour provoquer un sursaut.

« Le pire n’est jamais certain, l’espoir est un risque à courir » – Pierre Daninos

Dimanche, ne nous trompons pas d’élection

C’est trop d’honneur que nous fait Monsieur Philippot, candidat FN aux régionales, qui promet de s’installer dans la région s’il gagne les élections. Il serait donc prêt à vivre auprès de ceux qui l’ont élu… Cette déclaration révèle ses vrais sentiments à l’égard de notre région.

Les Français sont excédés, et à raison. La situation économique ne s’améliore pas, et le chômage de masse perdure, sans compter les questions liées à la sécurité qui ont pris une ampleur nouvelle et fait naitre une immense inquiétude.

Néanmoins, dimanche, ne nous trompons pas d’élection. A l’heure de la nouvelle Grande Région, où tout est à construire, nous ne devons pas prendre le risque d’élire des apprentis sorciers.

Les candidats du FN n’ont pas fait campagne, et c’est bien volontairement car il s’agit d’équipe hétéroclites qui ne seront pas crédibles pour gérer efficacement notre région.

Or cette élection, avant d’être un enjeu national, est d’abord un enjeu pour notre quotidien. Ce sont les grandes infrastructures, le transport, la formation…

Le Front national fera de la politique politicienne, il n’a jamais démontré sa capacité à gérer. Voire pire, bien souvent il s’est illustré par sa mauvaise gestion.

La Région est un enjeu essentiel pour notre avenir, pour nos emplois. Ne commettons pas l’erreur de donner les clefs à des gens qui ne s’intéressent qu’à la présidentielle.

Dimanche il faut soutenir les listes républicaines. Pour ma part je n’hésiterai pas. Un choix s’impose, celui de Philippe Richert qui a su brillamment diriger la région Alsace avec le succès que l’on sait, dont la liste est portée par Valérie Debord en Meurthe-et-Moselle.